Quels sont les liens entre la Nef et l’anthroposophie ?

CONTEXTE 

La Nef est régulièrement confrontée à des questionnements sur ses relations avec l’anthroposophie, un mouvement qui est souvent attaqué par différentes instances, médias ou personnes qui l’accusent d’être un mouvement sectaire. Ces troubles prennent leur racine en 1999, quand la Nef a été accusée de dérive sectaire dans un rapport de la Commission d’enquête parlementaire sur les sectes visant le mouvement anthroposophe et l’ensemble des organisations liées à la pensée anthroposophique (Biodynamie, Pédagogie Steiner-Waldorf et finance d’inspiration anthroposophique…). 

 

La Commission d’enquête parlementaire sur les sectes, et en particulier le député qui en était président à l’époque, Jacques Guyard, a été attaqué en justice pour diffamation. Lors du procès et de l’appel qui a suivi, la diffamation a été reconnue par la cour, bien que M. Guyard ait été acquitté, au bénéfice de sa bonne foi, puisqu’il s’appuyait dans ses propos sur le rapport parlementaire dont la qualité gouvernementale empêche qu’il puisse être jugé.

 

En 2003, un rapport de la Commission Bancaire, en mission dans les locaux de la Nef durant plusieurs mois a confirmé cette erreur de jugement en soulignant « Sa totale autonomie financière ainsi qu’une grande transparence tant en interne qu’avec l’extérieur traduisent son indépendance politique, sociale, religieuse et philosophique. 

 

Cependant, régulièrement depuis le procès, des publications et attaques refont surface en accusant la Nef de dérives sectaires ou de “banque de l’anthroposophie”. Ce qui était faux en 2000 l’est toujours aujourd’hui comme nous l’expliquons ci-dessous.   

 

 

LA NEF, UNE BANQUE ÉTHIQUE INDÉPENDANTE

La Nef, comme d’autres banques éthiques en Europe (Triodos, GLS) , a été fondée par des personnes inspirées par la pensée économique et sociale de Rudolf Steiner, un penseur fondateur du mouvement anthroposophique. Ces personnes, notamment Jean-Pierre Bideau et Henri Nouyrit, voulaient introduire un « plus » dans la gestion de l’argent par les banques sous la forme d’une prise en compte de l’intérêt de l’autre. Si cette ambition est restée un élément fondamental de la culture de la Nef, les fondateurs n’ont jamais voulu limiter le projet de la coopérative à cette impulsion de départ. 

 

Dès que la Nef  a commencé à se développer (elle est passée de 700 sociétaires en 1988 à près de 40 000 en 2019), des partenaires issus de mouvements écologistes, de l’économie sociale et solidaire, ou portant une pensée humaniste, ont rejoint la Nef en très grand nombre. Ils ne faisaient aucunement partie du milieu de l’anthroposophie. C’est avec ces personnes, devenues majoritaires, que s’est formée petit à petit l’identité propre de la Nef.

 

Aujourd’hui la Nef répond aux exigences des autorités bancaires comme n’importe quel autre établissement et son agrément auprès de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (organe de la Banque de France) implique une surveillance permanente de ses activités.

 

 

COMPOSITION DU CAPITAL SOCIAL ET GOUVERNANCE DE LA NEF

Le Capital Social de la Nef est détenu à hauteur de 80% par des particuliers, et à hauteur de 20% par des organisations et personnes morales. Parmi les dix plus importants détenteurs de capital on retrouve le fonds d’épargne salariale solidaire Mirova, le Crédit Coopératif, Biocoop SA et la Fondation Macif.

 

La composition du Capital social de la Nef reflète une grande variété de structures et de personnes et montre l’absence de liens institutionnels avec le mouvement de l’anthroposophie.

 

Par ailleurs, le Conseil de Surveillance de la Nef, nommé par l’Assemblée Générale des sociétaires est composé de personnes physiques et d’organisations comme Biocoop, Terre de Liens ou le Crédit Coopératif. Aucune organisation issue du mouvement anthroposophe n’est présente dans le Conseil de Surveillance de la Nef, qui, lui aussi cultive une parfaite indépendance de tout mouvement politique, social, religieux ou philosophique.

 

 

ACTIVITÉ DE FINANCEMENT

La Nef est le seul établissement financier français à publier la liste complète de ses financements chaque année. Pas de financements “occultes” ou “cachés” : chacun peut vérifier où va son argent : En 2018, 85% des financements de la Nef visaient le secteur de l’écologie (filière bio, énergies renouvelables,etc.), 12% des activités à impact social positif (commerce équitable, insertion par l’activité économique, logement social, collectivités locales,etc.), et à 3% des activités culturelles (édition, domaine artistique, etc.)

 

La Nef est ainsi régulièrement reconnue comme “la banque la plus écologique” par des ONG (Oxfam France, Les Amis de la Terre).

 

Consulter les listes de financements détaillées

 

 

On trouvera dans cette liste des projets concernant des écoles pratiquant la pédagogie Steiner-Waldorf.  En 2018, cela représentait un seul prêt sur un total de 416 (et 0,04% en montant des prêts accordés). Mais la Nef ne se contente pas de soutenir uniquement ce type d’écoles, cela entre dans le cadre d’un financement plus global des pédagogies alternatives. En effet, la Nef finance également des écoles Montessori ou exerçant la pédagogie Freinet.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Toute l'actualité de la Nef par email.

S'inscrire

Contactez-nous

La Nef se tient à votre disposition pour répondre à vos questions.
lanef@lanef.com

04 81 65 00 00
Ou va mon argent (carte)

où va mon argent ?

La Nef est le seul établissement financier à publier chaque année l’ensemble des prêts qu’elle octroie, et ce depuis sa création en 1988.

Retrouvez dans la cartographie des projets une présentation de nombreuses réalisations qui ont bénéficié d'un prêt de la Nef.

Rechercher un projet financé