Inauguration de Zusamme Solar à Colmar (68)

09-09-2015

Un projet franco-allemand d’énergies renouvelables, soutenu par la Nef

Inauguration Zusamme Solar Colmar Le 20 juin dernier, une cinquantaine de personnes étaient rassemblées pour inaugurer le projet Zusamme Solar de quatre centrales photovoltaïques de 100 kWc chacune, sur les toits de bâtiments industriels de Colmar. Sa particularité est d’être un projet franco-allemand puisqu’une coopérative allemande basée à Fribourg, Fesa Energie Geno, et la coopérative alsacienne Énergie Partagée en Alsace en sont à l’origine. La Nef, aux côtés de plusieurs partenaires financiers, a participé à l’émergence de ce projet innovant.

Un financement citoyen et solidaire

Le coût du projet, de l’ordre de 800 000 €, a été couvert par le capital de 50 000 € partagé entre l’acteur allemand (50%) et plusieurs partenaires français : Énergie Partagée Investissement (EPI) (40%) et Énergies Partagées en Alsace (10%), des apports en comptes courants d’associés pour 130 000 €, une subvention de 120 000 € de la Région Alsace et un prêt de 500 000 € sur 14 ans accordé par la Nef. Chaque personne souhaitant soutenir ce projet peut contribuer en souscrivant des parts d’EPI qui pourra ainsi retrouver des fonds qui lui permettront de soutenir d’autres projets.

Une inauguration placée sous le signe de la transition énergétique en Alsace

Inauguration centrale photovoltaiqueL’inauguration a eu lieu sur le campus de l’IUT de Colmar et était précédée par un colloque sur « Les citoyens en action vers la transition énergétique dans la région du Rhin Supérieur ». Les interventions, en français ou en allemand selon le cas, étaient traduites dans l’autre langue de façon à ce que chacun puisse comprendre. Josef Pesch, le représentant de Fesa Energie Geno, a insisté sur le fait que, contrairement à une idée largement répandue en France, les défenseurs allemands des énergies renouvelables rencontrent également des difficultés pour faire accepter leur point de vue. Il a par exemple relevé qu’il y a dix ans, les PME de la région du Bade-Wurtemberg, où se trouve Fribourg, étaient très réticentes à l’idée de voir le toit de leur entreprise servir de support à des installations photovoltaïques. Il s’est ensuite réjoui de ce qu’aujourd’hui ces mêmes entrepreneurs ont bien compris l’intérêt de telles installations, tant du point de vue de la production d’électricité que de celui de l’emploi local. Il a conclu par une citation, « On a besoin des utopistes », qu’il a attribuée à Oscar Wilde.

Une installation de 2600 m2 sur des bâtiments du XIX ème siècle

Au colloque a succédé la visite. Tout le monde s’est rendu sur le toit en terrasse de la résidence universitaire de l’IUT car sa situation, voisin et légèrement plus haut que les toits accueillant les panneaux solaires, en faisait un point d’observation idéal. Les toits en question sont remarquables car ce sont des sheds, mot emprunté à l’anglais pour désigner les toits en dents de scie typiques des bâtiments de l’industrie textile de la deuxième moitié du XIXème siècle. Ces vestiges d’une industrie textile alsacienne florissante se prêtent bien à l’installation de panneaux photovoltaïques, même si elle est plus difficile, car ils ont l’avantage d’être bien orientés.

Un projet limité à 100kWc

Pour en revenir à l’objet de l’inauguration, chacun a pu constater que les toits étaient loin d’être remplis. Georges Audras, président d’Énergies Partagées en Alsace, a précisé qu’ils auraient pu supporter trois fois plus de panneaux et donné l’explication sur les raisons pour lesquelles cela n’a pas pu être fait. En effet, la législation française prévoit deux régimes différents selon la puissance des installations. Pour celles susceptibles de produire plus de 100 kWc sur un même site, les producteurs doivent répondre aux appels d’offres de la Commission de Régulation de l’Energie (CRE) [4]. Dans ce cas le montage du dossier est très lourd et complexe et il faut que le projet corresponde à un appel d’offres en cours (les installations photovoltaïques doivent, par exemple, avoir « une puissance supérieure à 250 kWc » [5], être situées sur des « bâtiments et ombrières de parking de puissance crête comprise entre 100 et 250 kW » [6] …), ce qui restreint fortement le champ des projets éligibles. Dans le cas des projets de moins de 100 kWc par site de production, les projets peuvent être déposés à tout moment et prétendre à bénéficier du tarif d’achat réglementé au prix d’un processus plus simple. C’est ainsi que le projet Zusamme Solar, prévu pour produire 400 kWc, est installé sur 4 bâtiments, avec chaque fois environ 660 m² de toiture couverte, de manière à ne pas dépasser le seuil fatidique.

Caroline Eckert, Sociétaire active en Alsace

[1] « Zusamme » signifie « ensemble » en allemand. Pour plus d’informations, voir http://energie-partagee.org/projets/zusamme-solar-colmar
[2] http://fesa-geno.com
[3] http://www.energies-partagees-alsace.coop
[4] http://www.cre.fr/
[5] http://www.cre.fr/documents/appels-d-offres/appel-d-offres-portant-sur-la-realisation-et-l-exploitation-d-installations-de-production-d-electricite-a-partir-de-l-energie-solaire-d-une-puissance-superieure-a-250-kwc3
[6] http://www.cre.fr/documents/appels-d-offres/appel-d-offres-portant-sur-la-realisation-et-l-exploitation-d-installations-photovoltaiques-sur-batiments-et-ombrieres-de-parking-de-puissance-crete-comprise-entre-100-et-250-kw

INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Toute l’actualité de la Nef par email.

S’inscrire

Contactez-nous

La Nef se tient à votre disposition pour répondre à vos questions.
lanef@lanef.com

04 81 65 00 00
Ou va mon argent (carte)

où va mon argent ?

La Nef est le seul établissement financier à publier chaque année l’ensemble des prêts qu’elle octroie, et ce depuis sa création en 1988.

Retrouvez dans la cartographie des projets une présentation de nombreuses réalisations qui ont bénéficié d'un prêt de la Nef.

Rechercher un projet financé