🗳️ AG 2024 : sociétaires, votez en ligne / 📅 Rendez-vous le samedi 25 mai à Lyon pour l’Île aux solutions

Emprunteur Nef : Rencontre avec Yves Le Bel, Président et co-fondateur de NOVAFRANCE Energy

L’énergie est au cœur de beaucoup de débats et de discussions, aujourd’hui. Rencontre avec Yves Le Bel, Président et co-fondateur de NOVAFRANCE Energy, une société active dans le domaine des énergies renouvelables et le bien-être animal, financée par la Nef.

Présentez-nous NOVAFRANCE Energy ! 

NOVAFRANCE Energy a été créée fin 2018 par 4 fondateurs historiques des énergies renouvelables, cumulant chacun entre 12 et 20 ans d’expérience en tant que salariés dans ce milieu.

Notre objectif : développer des projets ayant une double vocation et combiner l’électricité verte avec, par exemple, le bien-être animal. Ce qui nous a rassemblé, ce sont nos valeurs : nous sommes persuadés qu’on peut avoir de beaux projets avec un sens économique en étant correct et zen avec une empreinte positive sur le climat. 

Dans nos réseaux historiques, nous avions un éleveur de volailles qui nous a soumis une problématique sur le bien-être animal dans les élevages. Nous avons donc fait de la Recherche et Développement pendant près de 18 mois et avons découvert le monde de la volaille. Nous avons ainsi choisi d’orienter le développement de NOVAFRANCE Energy sur l’agri-voltaïsme. C’est-à-dire un projet qui a d’abord un sens agricole avant d’avoir un sens énergétique. Et surtout, pour NOVAFRANCE Energy, un sens agricole orienté vers le bien-être animal. 

La Nef est venue réaliser le financement des premiers projets et aujourd’hui, on a toute la théorie qui se confirme. En effet, on voit avec la pratique que les animaux ont l’instinct naturel d’utiliser nos abris à volaille en fonction du climat : quand il fait chaud elles sont sous les abris, quand il y a des nuages elles explorent leurs parcours d’élevage sans rester sous les abris. Cela à un impact écologique en complément, puisque cela favorise la mobilité des volailles et cela répartit leurs déjections non pas seulement à la sortie des bâtiments mais sur la totalité du parcours d’élevage.

Nous nous sommes appuyés sur deux types de soutiens : nous avons signé un partenariat de 18 mois avec ITAVI (un institut scientifique du monde de la volaille qui a édité un cahier des charges et une méthodologie d’évaluation du bien-être animal, la méthode Ebène). Depuis janvier 2022, nous réalisons un suivi scientifique des impacts de notre concept, le tout encadré par ITAVI pour donner un caractère incontestable aux résultats.

En interne, nous avons pris en début d’année une stagiaire, en 5ème année d’études d’ingénieur “Espèce animal” UNILASALLE, que nous avons embauché en CDI en septembre, qui fait l’interface avec ITAVI.
Sachant qu’on a aujourd’hui développé notre abris à volaille sur les 3 grandes espèces de volailles qui sont : les canards, les poulets de chair et les poules pondeuses. Nous avons aujourd’hui des sites construits pour les trois espèces et nous allons suivre l’impact sur une période de 18 mois. Il est important de préciser que notre concept positionne, et finance un programme d’agroforesterie (abris naturels) en complément de la mise en place de nos abris artificiels. Ce programme d’agroforesterie, totalement en adéquation avec les valeurs de la Nef, est réalisé avec notre partenaire MISSION BOCAGE, association spécialisée sur le domaine de l’agroforesterie en secteur avicole

Notre concept vient aider les éleveurs à renforcer leur conformité à une norme européenne sur le bien-être animal : l’obligation d’aménagement des parcours d’élevage de volaille par la mise en place d’abris naturels (l’agroforesterie) et artificiels (les abris construits)… 


Pourquoi avez-vous choisi la Nef et à quoi à servi le financement ?

La Nef dans sa politique et ses valeurs rentrent totalement dans notre sujet pour deux raisons : 

  • Une logique éco responsable qui va bien avec les énergies renouvelables, avec aussi la particularité d’intervenir sur des dossiers de taille raisonnable, taille de dossier souvent délaissé par les banques traditionnelles. 
  • Mais également sur ses valeurs : le sujet écoresponsable des énergies renouvelables associé au sujet du bien-être animal, des valeurs similaires aux nôtres.

A quoi ont servi les financements de la Nef ?

Les financements ont permis la construction des premiers abris à volaille et ont surtout permis de rendre le projet visible en externe. Nos métiers sont souvent handicapés par la volonté des acteurs de la finance traditionnelle de souhaiter des gros dossiers avec des niveaux colossaux d’investissement. Grâce au positionnement de la Nef, on a pu intervenir dans des proportions plus modestes et mettre immédiatement en œuvre notre concept.

Quelle est votre relation avec la Nef

La Nef a une particularité qui est très appréciable : il y a une expertise en interne et cela nous a permis d’éviter de polluer l’économie du dossier, qui est modeste, par des audits très coûteux : les audits ont été réalisés en interne avec une expertise pragmatique.
Nous aimons aussi beaucoup la simplicité dans les relations. J’ai rencontré Aline Desplantes (conseillère grands compte à la Nef), sur un salon et nous avons eu un échange opérationnel, réactif et simple lié à la réelle compétence interne des équipes de la Ne
f.

Est-ce que vous recommanderiez la Nef ?

C’est déjà fait ! Et j’ai moi-même connu la Nef par recommandation. Les fondateurs de NOVAFRANCE Energy sont tous issus des énergies renouvelables et quand on a cherché à financer nos premiers dossiers, c’est un des clients de la Nef qui nous a donné le contact d’Aline Desplantes.

Encore merci à Yves Le Bel pour son témoignage ! Pour en savoir plus sur NOVAFRANCE Energy, rendez-vous sur leur site internet !