🗳️ AG 2024 : sociétaires, votez en ligne / 📅 Rendez-vous le samedi 25 mai à Lyon pour l’Île aux solutions

Rencontre avec Chahin Faïq, secrétaire général des Licoornes

À l’occasion de la 3ème édition de l’Onde de Coop, qui s’est tenue le 7 septembre dernier à l’Academie du Climat à Paris, la Nef s’est entretenue avec Chahin Faïq, secrétaire général des Licoornes.

Il nous en dit plus sur lui, son rôle au sein des Licoornes et les actualités et projets du collectif (dont la Nef est membre et co-fondatrice)

Bonjour Chahin, peux-tu nous parler de ton parcours ? Qu’est-ce qui t’a mené jusqu’au Licoornes ? 

J’ai grandi avec une forte aspiration pour l’égalité et la justice. Préoccupé par les enjeux de la faim dans le monde, j’ai suivi une formation d’ingénieur agronome. Ce qui m’a amené à deux points : d’abord, la remise en cause de la pertinence des apports d’un jeune blanc-bec dans les projets de “développement humanitaire”, puis la découverte des coopératives agricoles. J’ai eu la chance de travailler dans un réseau qui compte 10 000 coopératives en France, les Coopératives d’utilisation de matériel agricole (Cuma). Ce réseau a été un véritable lieu d’apprentissage de la coopération au contact de paysans et de salariés passionnants. Puis j’ai rejoint les réseaux de l’agriculture biologique, d’abord au sein de la fédération des agriculteurs bio (FNAB) avant de rejoindre Biocoop, sur des enjeux de vie coopérative et de gouvernance. Enfin, j’ai rejoint les Licoornes, en tant que secrétaire général, en mars 2023. À côté de ma vie professionnelle, je m’engage également sur un beau projet de transmission de la culture coopérative par des voyages apprenants en Europe. 

Peux-tu rappeler la mission des Licoornes ? 

Les Licoornes sont une union de 13 coopératives. Leur mission est, en toute modestie, de participer à transformer radicalement l’économie pour que celle-ci soit plus démocratique et compatible avec les limites planétaires et respectueuses des femmes et des hommes. Cette aspiration requiert de consolider les projets coopératifs engagés pour une transition environnementale juste. L’objectif est de mutualiser nos forces pour développer nos propositions de consommations alternatives et renforcer nos modèles.

Quel est ton rôle au sein des Licoornes ? Quels sont les enjeux et les projets  ?

Pour répondre à nos objectifs, il s’agit à la fois de donner plus de visibilité aux offres de nos coopératives (par la communication ou par notre présence sur des événements) et de mutualiser des services pour gagner en efficacité collectivement. Enfin, nous allons développer notre plaidoyer pour défendre notre modèle auprès du plus grand nombre et des pouvoirs publics. Mon rôle est de coordonner le collectif de coopératives, d’animer nos instances et de conduire les projets communs. 

Pour la première fois depuis son lancement, les Licoornes étaient organisatrices du festival L’Onde de Coop. Comment s’est déroulée cette édition 2023 ?

La première édition de l’Onde de coop, en 2021, avait été l’occasion du lancement officiel de l’alliance. Nous sommes fiers de pouvoir prendre la suite de La Nef, Enercoop, Mobicoop (toutes trois membres des Licoornes) et de Coopaname. Cette année, l’Onde de coop a réuni plus de 500 personnes autour du thème du travail. Objectif : penser et discuter la place du travail dans la transition et dans nos coopératives. Nous avons reçu une quarantaine d’intervenant.es de qualité sur le sujet.

Cette édition avait également une dimension particulière pour l’alliance. En effet, nous y avons annoncé l’arrivée de quatre nouvelles coopératives venues grossir nos rangs. Il s’agit de Biocoop, de Tënk, d’éthi’Kdo et de Windcoop. C’était un très bel événement qui a fait dire à de nombreux participants qu’il y a là un moment coopératif, le sentiment partagé que nous avançons résolument dans le sens du déploiement de nos modèles. 

En savoir plus sur les quatre nouvelles coopératives membres des Licoornes